Sud-Kivu : SOS-IJM accuse le gouverneur Nyamugabo de créer un onzième ministère.

L’organisation de défense des droits humains SOS-IJM fustige la nomination par le gouverneur du Sud-Kivu Claude Nyamugabo d’un commissaire à la justice et aux droits humains la semaine dernière.

Selon son coordonnateur maitre Justin Bahirwe la loi sur la libre administration des provinces fixe au nombre de dix les ministres provinciaux et pas plus, une chose que l’autorité provinciale n’a pas respecté car elle a attribué à ce commissaire le rang de ministre et le droit de participer dans le conseil des ministres. Ce dernier qualifie cela d’un autre ministère crée par le gouverneur déguisé en commissariat. « en droit administratif on appelle cela excès de zèle , le gouverneur en instituant un commissaire qui a le rang de ministre et le doit disposer de cinq membres de cabinet, a crée un onzième ministère lorsque la loi portant la libre administration des provinces ne lui donne pas la latitude d’instituer onze ministères » a indiqué maitre Justin Bahirwe avant d’ajouter qu’il ne comprend pas pourquoi jusque-là la commission nationale des droits humains qui existe déjà n’est pas doté des moyens par la province pour bien fonctionner.

Il s’interroge également sur la provenance des fonds avec lesquels fonctionnera ce commissariat car il n’est pas prévu dans le budget de la province. Cet avocat au barreau de Bukavu dit ne pas savoir pourquoi la suppression du ministère de la justice en faveur de ce commissariat qui crée un problème en voulant résoudre un autre. Maitre Justin Bahirwe souligne que bientôt le comité de suivi des mécanismes de protection de défenseurs de droits de l’homme et des journalistes dont il fait parti se réunira bientôt pour donner une position par rapport à cette nomination. Pour rappel le gouverneur du Sud-Kivu Claude Nyamugabo avait nommé vendredi le 07septembre dernier un commissaire chargé de la justice, des droits humains et de la fonction publique, emploi, travail et prévoyance sociale en la personne de Marc Nakasimba après la suppression du ministère. Cette structure est attachée au cabinet du gouverneur.

Dieudonné BUHENDWA

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.