Monde : Denis Mukwege, premier congolais à obtenir le Prix Nobel de la Paix

Le prix Nobel de la paix 2018 a été attribué au Congolais Denis Mukwege, l’homme qui répare les femmes et à l’Irakienne Nadia Murad, ex-esclave du groupe État islamique pour leur combat pour mettre fin à l’utilisation de la violence sexuelle comme arme de guerre.

Denis Mukwege, un gynécologue et médecin directeur de l’hôpital de Panzi, le tout premier congolais à inscrire son nom dans les annales du prix Nobel de la paix, à travers le monde.
Àgé de 63 ans, Denis Mukwege, est natif de Bukavu, au Sud-Kivu dans l’est de la RDC. Il est fils d’un pasteur protestant, est l’une des figures les plus emblématiques de la société civile de son pays.
Mukwege a commencé ses études en polytechnique à l’Université de Kinshasa et c’est au Burundi qu’il a suivi ses études de médecine, avant de se former en France. Au début des années 1990, il décide de revenir exercer dans le Sud-Kivu, à l’hôpital de Lemera, dont il devient médecin-directeur. En 1996, alors que la guerre débute, ses patients sont systématiquement massacrés et l’hôpital détruit.

Après un exil au Kenya, il revient de nouveau en RDC, à Bukavu, où il fonde l’hôpital de Panzi, avec l’aide financière de la Suède. Le combat qu’il mène depuis plus de vingt ans contre les violences sexuelles et le viol utilisé comme arme de guerre par les groupes armés qui déchirent l’est de la RDC, a fait de lui l’une des figures emblématiques de la société civile congolaise.

Alors qu’il pensait améliorer les conditions de vie des femmes en pratiquant des accouchements et des césariennes, le docteur Mukwege est effaré par ce qu’il découvre sur place. Gynécologue et militant des droits humains congolais, Denis Mukwege est une figure internationale de la lutte contre les violences faites aux femmes, en particulier les mutilations génitales et le recours au viol comme arme de guerre. Le gynécologue devient « l’homme qui répare les femmes », titre d’un ouvrage que la journaliste belge Collette Braeckman lui consacre en 2012.

Thierry M. RUKATA

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.