Sud-Kivu : Justin Bahirwe propose au président Felix Tshisekedi de mettre dans ses priorités la paie de salaires des agentsde l’Etat


Le coordonnateur de l’ONG de défense de droit de l’homme, SOS-IJM Justin Bahirwe suggère au président Tshisekedi de s’investir pour régler la question des arriérés de salaires.

Il réagit aux mouvements des revendications des arriérés des salaires des agents des différentes institutions, qui continuent à s’enregistrer dans plusieurs coins du pays, depuis l’entrée au pouvoir du nouveau président.

Lors d’une interview avec la Radio Star ce mercredi 20 février 2019, Justin Bahirwe reconnait que le président actuel n’a pas encore eu le temps nécessaire pour apporter des solutions aux différents problèmes de la population.

Pour y arriver, ce défenseur de droit de l’homme et candidat sénateur au Sud-Kivu propose la mise en place par le gouvernement de la république d’un budget conséquent.

Il trouve dans toutes ses grognes le risque d’une situation qui peut constituer un obstacle au pouvoir du président Felix Tshisekedi.

Dans plusieurs provinces de la RDC, des policiers sont descendus dans les rues pour réclamer leurs soldes. Dans la ville de Bukavu au Sud-Kivu par exemple, cette situation a été signalée ce mercredi matin après celle qui a prévalue à Uvira le jour passé.

Les agents de la direction provinciale de mobilisation et d’encadrement des recettes, DPMER Sud-Kivu ont déclenché un mouvement de grève pour réclamer leur salaire de 10 mois et aucune solution n’est jusque-là trouvée par les autorités compétentes.

Au Nord-Kivu et dans l’ex province de l’Equateur les policiers ont également marché pour la même cause.

A Kinshasa et à l’intérieur du pays plusieurs entreprisespubliques et privées font face à ce problème.

Maitre Justin Bahirwe sollicite une implication personnelle du chef de L’Etat afin de trouver une solution à la satisfaction de toute la population, car selon lui, le salaire est un droit du travailleur.

 Dieudonné BUHENDWA

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.