Clôture à Bukavu de la session ordinaire de l’Assemblée épiscopale  provinciale de Bukavu.   

     

L’Assemblée épiscopale provinciale  de Bukavu « ASSEPB », a clôturé le dimanche 2 juin 2019 à Bukavu, sa session ordinaire tenue, du 27 mai au 2  juin 2019.

Au cours de cette assemblée à laquelle ont pris part les évêques des diocèses  membres de cette entité épiscopale à savoir ; Butembo, Uvira, Goma, Kasongo, Kindu et Bukavu, il a été passé en revue, la situation socio-pastorale des diocèses précités.

Dans leur message, les prélats catholiques se réjouissent de la récente nomination par le Pape François  du nouvel évêque de Goma Monseigneur Willy Ngumbi et de la visite à Goma puis à Bukavu du nonce Apostolique Monseigneur Ettore Bolestrero.

Les évêques de la province épiscopales de Bukavu rendent grâce à Dieu pour le climat pacifique qui a entouré les élections générales ainsi que de l’alternance qui s’en est suivie au sommet de l’Etat.

Pour ces hommes de Dieu, ce qui est en jeu, c’est de rebâtir la RDC, de transformer la société de l’intérieur, de refonder l’Etat sur des bases nouvelles c.à.d. des valeurs humaines, chrétiennes, et républicaines.  A ce point, ils se félicitent de la maturité grandissante du peuple congolais.

Les évêques louent l’engagement du ministère de la santé et ses partenaires pour s’être promptement mobilisés dans la riposte de la maladie à virus Ebola et les encouragent à s’investir davantage avec professionnalisme et détermination à éradiquer définitivement cette terrible épidémie.

Néanmoins, les prélats s’inquiètent de la sensation persistante selon laquelle il y aurait eu des arrangements occultes entre regroupements politiques, supplantant ainsi la volonté populaire directe exprimée à travers les élections du  30 décembre de l’an passé. Ils fustigent également le retard dans la mise en place du nouveau gouvernement, qui prolonge l’incurie dans la gestion de la gouvernance publique et la décadence largement répandue qui continue à gangrener la vie publique par ‘absence de la paix,  de la sécurité, et l’étouffement de la vie économique.

Sur le plan sécuritaire, les évêques membres de l’ASSEPB expriment leurs vives préoccupations sur  la persistance, la prolifération des groupes et bandes armées et des malfrats qui causent terreur et désolation dans certains milieux. Une situation qui, selon eux manifeste une déchéance de l’Etat. Ils pensent particulièrement aux populations de Béni et Butembo qui méritent une attention particulière.

En ce qui concerne la situation au Sud du Sud Kivu, les évêques déplorent la persistance des milices et groupuscules armées dans les zones d’Uvira, Fizi et Mwenga, en plus   des violences qui sont souvent alimentées par des conflits de terre et de leadership coutumier mettant ainsi en mal  le développement de cette partie du pays.

Les prélats catholiques condamnent les manœuvres du leadership congolais qui, d’après eux ont largement contribué à l’appauvrissement du peuple et notent que « notre descente aux enfers se nourrit de la corruption de l’élite et de l’ignorance de masses ». Une voie de sortie de cette médiocrité pourrait nous venir de l’éducation de la jeunesse, par la révision de notre système éducatif, qui malheureusement reste confus et nous renferme dans l’inefficacité et la médiocrité, ajoutent-ils.

Pascal D.NGABOYEKA

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.