Bukavu : Les acteurs de la Société civile lancent un S.O.S pour les sinistrés de l’incendie du Camp Zaïre

C’est au environ de 22h locale qu’un incendie s’est déclaré sur avenue Camp Zaïre dans le quartier Nkafu, commune de Kadutu à Bukavu causant au passage d’important dégât matériels et humains.

D’après les sources de la société civile noyau communal de Kadutu rencontrées sur le lieu du sinistre, un enfant d’environ 7ans a été calciné dans cet incendie, et trois autres sauvé de justesse par les jeunes venus au secours.

Hippocrate Marume, président de la société civile dans la commune de Kadutu dit qu’il est difficile d’établir un bilan officiel, mais note que les maisons parties en fumée avoisineraient 200 dans cette avenue où les habitations sont construites les unes sur les autres.

Le camion anti incendie de la mairie est arrivé sur place avec un léger retard malheureusement n’a pas pu faire face à ce gigantesque feu dont l’origine reste inconnue jusqu’à présent.

Les acteurs de la société civile lance pour ce faire un S.O.S d’abord aux autorités et aux personnes de bonne volonté à venir en aide à ces centaines de personnes qui restent présentement sans abris.

De même pour le président de l’assemblée provinciale du Sud Kivu Zacharie Lwalira qui s’est déployé sur le lieu du sinistre avec l’ensemble des membres de son bureau,  appelle tous et chacun et surtout les humanitaires à mettre la main dans la poche pour aider ces familles frappées par cet incident.

Disons que ces victimes ont passé leur première nuit à la belle étoile, les uns dans l’enclos de l’institut Kasali qui les a accueillis, les autres le long de la route quittant le lycée Wima jusqu’à la place dite Ancienne Coopérative.

Le gouverneur et son adjoint ont assisté les sinistrés ce lundi 01 juillet et ils leurs ont remis des vivres comme besoins d’urgence, composés des sacs de riz, farine de froment, les savons, les sels, les haricots, etc.

Rappelons que c’est le troisième cas d’incendie enregistré depuis le mois de juin dans la ville de Bukavu et serait le deuxième plus grave en terme de bilan matériel après celui enregistré l’année dernière à Irambo dans la commune d’Ibanda dont le bilan se chiffré à plus de 300 maisons.

Pascal NGABOYEKA

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.