Sud-Kivu : Les enseignants décrètent un mouvement de grève jusqu’à l’application des accords de Bibwa

La synergie de syndicats des enseignants des écoles conventionnées catholiques SYNECAT et du syndicat national des écoles protestantes SYNEP, viennent de déclencher un mouvement de grave générale dans toutes les écoles publiques et conventionnées concernées par la gratuité de l’enseignement sur toute l’étendue de la province du Sud Kivu.

Cette décision unanime vient d’être prise au terme de l’Assemblée générale des enseignants tenue à Bukavu ce mercredi 25 septembre 2019 et qui a réuni plusieurs milliers d’enseignants de Bukavu et ceux venus de territoires de la province.

Après avoir passé en revue les conditions de vie qu’ils traversent et la situation qui prévaut dans les écoles avec le manque des frais de fonctionnement, Les enseignants saluent d’abord la décision du Chef de l’État, de rendre effective la gratuité de l’enseignement de base, et déclinent les pratiques de perception de la prime des mains de parents. Ils jugent d’insatisfaisantes les mesures d’encadrement telles que contenues dans la lettre circulaire du 20 août 2019 pour permettre aux enseignants de prester dans des conditions humaines et acceptables.

Ainsi, les enseignants du Sud Kivu demandent à l’État de prendre ses responsabilités étant donné qu’il est leur seul patron.

Les professionnels de la craie en province exigent de l’État congolais l’octroi, d’un salaire décent aux enseignants conformément aux accords de Bibwa. Ils demandent en plus à l’État de payer tous les enseignants non payés N.P et les nouvelles unités N.U. Quant à la paie des enseignants, ils exigent la suppression des zones salariales.

Outre ces revendications, les enseignants du Sud Kivu demandent à l’État d’allouer les frais de fonctionnement aux écoles selon la taille de chacune, mais également de faciliter le fonctionnement de la mutuelle de santé des enseignants du Sud Kivu.

Les enseignants viennent ainsi de suspendre toutes les activités scolaires ce mercredi 25 septembre et promettent de reprendre le chemin de l’école aussitôt que leurs revendications trouveront satisfaction.

Pascal D. NGABOYEKA

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.