Environnement/Climat : la carence d’eau et l’augmentation de la chaleur, des signes forts du changement climatique au Sud-Kivu

Le changement climatique se remarque dans plusieurs aspects de la vie des congolais et reste une bataille de toutes les nations du monde.

La province du Sud-Kivu en République démocratique du Congo n’est pas épargnée de signes du changement climatique qui  s’observent à travers ; la baisse des eaux du Lac Kivu, et d’autres sources causant ainsi la carence d’eau dans la ville de Bukavu et ses alentours.

Cette situation est analysée par certains climatologues et environnementalistes comme changement climatique.

Selon Birembano Bahati Rigobert, chef des travaux à l’institut Supérieur Pédagogique (ISP BUKAVU), ce phénomène  s’explique par la déforestation remarquable dans certains coins de la province, pourtant, la conservation de l’écosystème forestier permet à la province de séquestrer la grande quantité de dioxyde de carbone qui, reste un facteur important dans le changement Climatique.

Tout compte fait, le  réchauffement vient de la quantité de dioxyde de carbone qu’on retrouve dans l’atmosphère, d’où l’importance de multiplier les efforts pour réduire le dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre à travers la protection de l’écosystème forestier.

Birembano, appelle la population du Sud-Kivu à pouvoir cultiver le sens correct de la protection de la nature. Car, en protégeant la biodiversité, on protège, les arbres qui nous produisent de l’oxygène qui, du reste, assure la vie des êtres vivants sur la planète terre. Il profite de cette occasion pour appeler la population à la bonne gestion de déchets ménagers tout en évitant des constructions anarchiques  afin de permettre aux arbres de pousser et d’assurer la survie des êtres vivants.

Nous devons, déclare le précité, apprendre à agir et vivre autrement. C’est très important en ce moment où le changement climatique attaque la planète sans que nous nous en  rendions compte à cause de notre établissement dans une région équatoriale. Il ajoute que, depuis un certain temps à Bukavu et dans d’autres territoires de la province, lorsqu’il y a une forte pluie, des cas d’inondations s’enregistrent suite au déboisement remarquable des sommets des montagnes.

Birembano termine par rappeler que le sommet climat des Nations Unies tenu à New York, le Président de la république démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo  a appelé, à la protection de forêts au Congo et particulièrement la forêt équatoriale considérée comme le deuxième poumon de la terre.

La République Démocratique du Congo (RDC) figure, depuis juin 1992, parmi plus de 185 pays qui font partie de la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (CCNUCC). C’est à ce titre qu’elle a entrepris depuis lors,  une série d’activités scientifiques conformes aux engagements auxquels elle a souscrit, à savoir l’Inventaire de ses émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) pour l’année 1994, lequel a abouti à la Communication Initiale Nationale sur le changement climatique présentée en 2002 à New Delhi, lors de la 8ème Conférence des Parties (CoP8).

Patrick Z. MAKIRO

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.