RDC : MSF plaide pour le retour physique d’organisations humanitaires à Masisi, Rutshuru et Walikale.

Dans son communiqué du 06 décembre 2019, l’organisation internationale Médecins Sans Frontières (MSF) à réinvestir du côté de Masisi, Rutshuru et Walikale dans la province du Nord-Kivu.

MSF souligne que la crise humanitaire en cours dans le sud de la province (le « petit nord ») reste  largement oubliée de l’opinion publique et des acteurs humanitaires pourtant exposer aux affrontements et conduisant aux déplacements de populations.

Malgré la situation critique actuelle dans cette partie de la province du Nord-Kivu,  les organisations humanitaires restent moins nombreuses. Ces dernières années, MSF explique que  plusieurs acteurs d’urgence ont quitté cette région à cause notamment de l’insécurité, des difficultés de mouvement et du manque de financements.

Face à l’augmentation des besoins, MSF plaide depuis des mois pour un retour physique d’organisations humanitaires sur le terrain. Ce plaidoyer a contribué à l’arrivée de quelques acteurs mi-novembre, bénéficiant de financements temporaires du Fonds Humanitaire RDC.

Par ailleurs, Karel JANSSENS chef de mission dans ces régions explique que du janvier à septembre 2019, les équipes MSF actives dans les territoires de Masisi, Walikale et Rutshuru ont soigné plus de 11.220 enfants en situation de malnutrition, 2.310 victimes de violences sexuelles et 1.980 personnes blessées par arme. Dans la zone de santé de Masisi, le nombre de cas de violences sexuelles pris en charge par MSF a doublé cette année, et l’organisation constate une hausse des cas de malnutrition.

Et d’après les dernières données de la Commission Mouvement de population, les territoires de Masisi, Rutshuru et Walikale compteraient ensemble 687.589 déplacés fin septembre 2019, dont près de 92.000 vivant dans des camps.

Don Patrick Zahiga Makiro

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.