Bukavu : La fête nationale de l’enseignement célébrée dans la misère.

La RDC commémore la journée de l’enseignement ce jeudi 30 avril 2020, journée qui n’a pas été célébrée par les enseignants de la ville de Bukavu. Selon un constat fait par la rédaction de la radio star ce jeudi 30 avril.

Interrogés à ce sujet, certains enseignants préfèrent passer cette journée dans la méditation. Ils refusent ainsi de prendre part aux multiples activités et cérémonies, une façon d’interpeller le gouvernement par rapport aux conditions des vies des enseignants en RDC.

Ces derniers disent cautionner le comportement du gouvernement qui n’a pas su améliorer les conditions de vie des enseignants depuis le 2 septembre 2019, suivant les multiples promesses.

“Nous passons cette fête dans la misère, sous le stress du coronavirus et aussi sous le stress de la vie cher, l’enseignant reçoit difficilement 100$ en Francs congolais, qui n’est plus équivalent avec le taux de change actuel. Comment on peut fêter dans ce genre des conditions que nous impose le gouvernement congolais. Je suis arrivé à la banque depuis 6h du matin et je n’ai pas encore eu mon salaire, pourtant il est 13h”; a révélé  un enseignant.

D’autres expliquent par ailleurs qu’il serait positif si le gouvernement améliorait les conditions de vie de chaque enseignant, en commençant par intégration des enseignants dits nouvelles unités sur les listings de paie, chose qui n’a pas été faite.

“Les enseignants nouvelles unités n’ont pas reçu leur salaire pour ce moi d’avril, comment peuvent-ils fêter avec de poche vide? c’est déplorable”; explique un enseignant de l’institut de la Trinité

Par ailleurs, ils lancent un appel au gouvernement congolais, dans le but de leur assurer une meilleure condition de vie avant une éventuelle reprise de cours.

Thierry M. RUKATA

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.