Bukavu : Plus de 20 interpellations lors d’une manifestation de jeunes de l’UNC violemment réprimée par la police

C’est à l’invitation de la ligue provinciale de jeunes de l’UNC, que des centains des partisans de Vital Kamerhe sont descendus dans les rues de Bukavu pour manifester leur colère suit, à la détention de leur leader à la prison de Makala à Kinshasa.

Le vice-président de la ligue des jeunes en charge de la mobilisation au sein de la fédération de l’UNC Eric Mutembezi renseigne, que plus de 20 personnes ont été interpellées par la police et amenées, à une destination inconnue, dans plusieurs lieux de rassemblement, citant notamment le rond-point Carrefour dans la commune de Kadutu, la place Major Vangu, Nyawera et à leur permanence située à la Place Mulamba dans la commune d’Ibanda.

Les jeunes de l’UNC regrettent néanmoins ce qu’ils qualifient, de la répression musclée avec usage, des bombes lacrymogènes et des balles réelles.

« Notre marche a été dispersée par les éléments de la PNC à tous les points de rencontre, on a tiré sur les gens par des lacrymogènes et des balles réelles. Nous en avons ramassé quelques-unes. Nous constatons que la liberté de manifestation n’est plus garantie dans notre province, nous regrettons cette répression barbare qui revient encore dans cette province, mais nous n’allons pas nous fatiguer jusqu’à ce que nous obtenions la libération de notre leader Vital Kamerhe. Nous demandons à Félix Tshisekedi d’écouter le peuple en libérant V.K » explique Éric Mutembezi.

Rappelons que lors des manifestations de la semaine passée, plusieurs autres militants de l’UNC avaient été arrêtés par la police, parmi lesquels un chef adjoint de quartier. Ces derniers croupissent encore dans différents cachots de la PNC, affirme, notre source.

La même situation a été vécue, dans la province du Nord Kivu précisément à Goma, où des jeunes en colère sont descendus dans les rues de la ville pour exiger la libération du président de leur parti Vital Kamerhe.

L’on a signalé des barricades aux grosses pierres sur la route principale Katindo, Ndosho et Saké.

Dans la ville volcanique, au moins 30 jeunes ont été interpellés par la police pendant cette manifestation, à en croire nos sources sur place.

Pascal D. NGABOYEKA

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.