Sud-Kivu : Le mouvement des survivants des violences sexuelles en RDC condamne l’impunité des crimes commis depuis 1994

Les membres du mouvement national des survivant (e)s des violences sexuelles en République démocratique du Congo, dénoncent, l’impunité des crimes et autres discriminations dont ils ont été victimes, depuis l’invasion du pays par des forces armées étrangères, en 1994.

Dans leur lettre adressée au Président de la République, le vendredi 19 juin 2020, à l’occasion de la célébration de la journée internationale de lutte contre les violences sexuelles commises en tant de conflit, ce mouvement, dit être consterné par la persistance des violences sexuelles dans certains coins de la République démocratique du Congo.

De ce fait, le mouvement des survivants des violences sexuelles invite, le Président de la République, à présenter des excuses publiques et officielles au non de la Nation, comme signe du changement.

Ce mouvement déplore, le nombre effrayant des victimes des violences et des crimes commis contre des citoyens congolais et l’absence, de sanctions quant à ce, pourtant, un document sur cette situation était élaboré et publié dans de nombreux rapports depuis plusieurs années.

Dans son rapport du 16 mai 2020, intitulé, « meurtre et répression à l’Est » Human Right watch a répertorié 115 viols commis entre avril et juin 1999 notamment à Kasika, Bukavu et ailleurs, avec toutes leurs conséquences.

Signalons, que l’article 16 de la constitution de la République démocratique du Congo stipule que, la personne humaine est sacrée et l’Etat a l’obligation de la protéger.

Don Patrick MAKIRO

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.