Sud-kivu : Plusieurs militants de l’UNC blessés et d’autres arrêtés lors de la répression de la manifestation exigeant la libération de Kamerhe

La situation était tendue depuis le matin de ce jeudi 18 juin 2020, à Bukavu, chef-lieu du Sud-kivu.

À la base, des milliers de militants de l’Union pour la Nation Congolaise sont descendus respectivement dans les rues de Bukavu et de Walungu, pour dénoncer le “complot monté contre leur président national” Vital Kamerhe, détenu à la prison de Makala à Kinshasa.

Bien en place, les manifestants ce sont heurtés à une police visiblement bien entraînée, et qui était déterminée, à faire respecter la décision des autorités. ” Pas de rassemblement et d’attroupement” une des mesures pour limiter la propagation de covid-19.

Après une marche d’environ 300m depuis la Place Mulamba, siège provincial du parti, jusqu’au rond-point Mobile, ici a, eu lieu, la première répression policière. Des gaz lacrymogènes lancés, accompagnées, des balles réelles.

Certains militants qui ont réussi à contourner les barrières de la police se sont croisés avec d’autres à la place Munzihirwa à Nyawera. Ici également, ils ont été dispersés avec force.

Le président de la jeunesse UNC/Ville de Bukavu, Fidèle Mugisho, condamne cette répression qu’il qualifie de “barbarie” policière.
Il indique qu’il est inadmissible que dans un Etat de droit, pareil comportement soit au rendez-vous, alors que la constitution de la RDC autorise aux citoyens de manifester pacifiquement.

“C’est déplorable, ce que nous venons de vivre. Tel que vous le connaissez, nous avions voulu une marche très pacifique, à Nyawera nous avions reçu les premiers coups de gaz lacrymogènes et des balles réelles, pourtant nous ne visions rien d’autre que demander, la libération de l’honorable Vital Kamerhe, détenu illégalement jusqu’aujourd’hui après toutes les séquences que tout le monde a suivies. On ne sait pas, expliquer pourquoi Kamerhe reste en détention” indique Fidèle Mugisho.

Dans la foulée, un manifestant a grièvement été blessé par balle et plusieurs autres légèrement touchés, 3 motos ravies par la police et d’autres personnes arrêtées et conduites au cachot.

Le président de la jeunesse UNC/Ville de Bukavu, a par ailleurs annoncé, la poursuite des actions jusqu’à la libération définitive de leur leader, victime d’un “complot politique savamment planifié”.

Notons qu’à Walungu, les habitants de ce territoire d’origine de Vital Kamerhe ont également manifesté, sur appel du député national Amato Bayubasire Mirindi, élu de cette circonscription. La population de cette partie veut voir également leur Fils Kamerhe libéré, afin qu’il puisse continuer son travail au service de la Nation Congolaise.

L’on a noté la participation active de l’épouse du Mwami Ngweshe dans cette manifestation.

Pascal NGABOYEKA DIGA2

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.