Bukavu/Assainissement : Une nette amélioration de la salubrité observée dans la ville

Depuis plus de 90 jours, Il s’observe une nette amélioration de l’état de salubrité de la ville de Bukavu.

Caractérisée  il y a peu, par une saleté remarquable dans certains coins, avec ; la présence des déchets, excréments et autres eaux usées sur les artères principales et dans certaines avenues municipales, cet état d’insalubrité est aujourd’hui, tenu par la mairie de la ville à travers sa cellule d’assainissement dans le cadre des activités communautaires appelées « salongo ». Lesquels, ont lieu chaque fin de semaine, le samedi sur toute l’étendue de la mairie sous un regard surveillant du maire Bilubi qui, pour la réussite de ce pari disponibilise le matériel essentiel à ces administrés à tous les niveaux de la base et ce, pour une bonne exécution du salongo.

Certains analystes pensent que la problématique de l’insalubrité dans la ville de Bukavu est liée en grande partie à l’ignorance de la population sur la bonne gestion de déchets et en l’absence d’une bonne politique pour leur traitement.

« Si chacun s’implique dans la lutte contre l’insalubrité, la ville de Bukavu sera plus propre et personne, ne dira tel n’a pas fait ceci, tel n’a pas réalisé cela. L’affaire de l’assainissement de la ville n’est pas une question seulement du maire de la vile ou des bourgmestres, c’est l’union de tous » Explique Bilubi Ulengabo Méschac, maire de la ville de Bukavu.

La politique de faire participer les groupes des jeunes dans le projet d’assainissement et l’implication complète de l’hôtel de ville sur la question de salubrité restent parmi les voies qui ont conduit à ce résultat combien apprécié par certains habitants de la ville de Bukavu.

« Nous apprécions les efforts de la mairie mais nous doutons de la continuité de cette œuvre. C’est incroyable, que des bouteilles des jus et autres boissons ne soient plus visibles sur la route. C’est encourageant » S’exclame un piéton retrouvé sur le boulevard Patrice Emery Lumumba en commune d’Ibanda.

Don Patrick MAKIRO

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.