Sud-Kivu : L’affectation de femmes aux services de l’intendance et du protocole d’Etat voile l’inégalité des chances

Il se constate depuis un certain temps au Sud-Kivu et dans d’autres coins du territoire national, la titularisation de femmes aux services de protocole d’Etat et de l’intendance, dans différents ministères et autres institutions du pays.

L’affectation de femmes à ces services du second rang cache le droit de la participation équitable dans les différents sphères du pouvoir, pourtant exiger dans les instruments juridiques et conventions sur l’élimination des discriminations à l’égard des femmes et dans la résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Seules 2 femmes ministres sur 10 ministères que compte la province du Sud-Kivu, laissant d’autres femmes accroupies dans les services de l’intendance et du protocole d’Etat en violation de l’article 14 de la constitution de la RDC. Cette situation s’observe également dans l’administration publique où, sur 10 chefs de division 4 femmes seulement, s’y retrouvent ; selon plusieurs rapports des organisations des droits de la femme notamment l’association des femmes des médias, le mouvement rien sans les femmes, etc.

Malgré les progrès réalisés sur le plan juridico-institutionnel au niveau de la province du Sud-Kivu et du pays, les défis à relever sont encore immenses et des efforts doivent toujours être fournis par le gouvernement et organisations des droits de la femme pour accroitre la participation de cette catégorie aux postes de prise des décisions à tous les niveaux.

Don Patrick MAKIRO

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.