Bukavu : Avis partagés de la population sur la proposition de loi fixant la dot à 500 et 200 dollars américains

Certains habitants de la ville de Bukavu, s’insurgent contre la proposition de loi du député national, Daniel Mbau du parti politique Mouvement de Libération du Congo, fixant la dot à 500 dollars américains dans les milieux urbains et 200 dollars dans les milieux ruraux et la jugent par conséquent inopportune ; tandis que d’autres l’encouragent et saluent, la bravoure de ce député. Ils l’ont exprimé ce lundi 19 juillet 2021 lors d’une interview accordée à Radio Star Bukavu.

Selon les habitants qui soutiennent cette proposition de loi, plusieurs congolais veulent transformer la dot en une marchandise pourtant c’est un simple cadeau. Pour eux, si cette loi est adoptée elle pourrait,vu la situation économique actuelle du pays, faciliter tache aux futurs époux.

« Nous encourageons cette proposition du député voulant faire adopter cette loi, nous qui avons des jeunes garçons qui veulent se marier mais qui n’ont pas de moyens suffisants pour le faire. Cela peut vraiment leur arranger et parce que plusieurs familles veulent seulement vendre leurs enfants » renseigne un habitant de la ville.

Pour la secrétaire exécutive du caucus des femmes du Sud-Kivu, Solange Lwashiga, ce député devrait d’abord penser aux problèmes qui gangrènent plus la population au lieu de penser aux problèmes de la dot. Car, la question de ce dernier doit être une convention de deux familles.

«On voudrait réglementer cela mais cette question n’est pas prioritaire. Car, c’est un problème à résoudre entre deux jeunes époux. Ce député devrait d’abord s’occuper des questions des infrastructures, Électricité, gratuite de l’enseignement et autres mais se concentrer seulement sur la question de la dot, ça ne résoudra pas les problèmes de la population » a- t-elle ajouté.

Elle invite par ailleurs toutes les familles qui veulent aussi faire de cette question un fonds de commerce, de cesser avec ce genre de pratique. Car, derrière cela, plusieurs femmes subissent plus de violences basées sur le genre dans leurs foyers.

Grace Nsimire

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.