Sud-Kivu : 32 personnes tuées, 30 cas de justice populaire, 33 maisons attaquées, SAJESEK peint le tableau de l’insécurité du mois de septembre

La Synergie des Associations des Jeunes pour l’Education Civique, Electorale et la Promotion des Droits de l’Homme au Sud-Kivu (SAJECEK-Forces vives), a rendu publique à Bukavu le mercredi 06 septembre son bulletin surprise de la situation sécuritaire du mois de septembre 2021.

Ce bulletin rapporte la tuerie de trente-deux (32) personnes, trente-trois (33) maisons attaquées, trente et un véhicule braqués et vingt-sept (27) cas d’enlèvements ont été répertoriés.
Cette organisation dit constaté que les paisibles citoyens sont assassinés quotidiennement par des bandits armés sans que les autorités n’en fassent une préoccupation majeure.
La ville de Bukavu vient en tête avec 8 cas suivie de la région d’Uvira avec 6 cas. En troisième position vient Kabare avec 5 cas alors que Idjwi et Walungu s’arrogent 4 cas chacun. Shabunda et Fizi ont chacun deux cas suivis de Mwenga avec 1 cas.

En outre, l’organisation SAJESEK indique dans son bulletin que trente personnes ont été tuées par justice populaire dans la province du Sud-Kivu au cours du mois de septembre 2021.
A en croire ce bulletin, ces victimes du phénomène « justice populaire » l’ont été après être accusé soit de viol, vol, sorcellerie, etc, lychéés puis brulées vifs.

Le territoire d’Uvira a enregistré le plus grand nombre de cas du genre avec dix (10), suivi de celui de Walungu, six (6) cas, Kabare six (5) cas, les territoires de Fizi et Idjwi ont enregistrés chacun quatre (4) cas de justice populaire alors que la ville de Bukavu n’a enregistré qu’un seul cas, selon cette organisation coordonnée par Robert Njangala.
Notons qu’au mois d’Août dernier, SAJECEK avait fait état de 31 personnes tuées au Sud-Kivu. Une personne de plus pour le mois de septembre dernier.

Pascal Ngaboyeka

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.