Sud-Kivu: La NDSCI réagit à la situation qui prévaut dans le secteur de l’Education

La Nouvelle Dynamique de la Société Civile, NDSCI Sud Kivu, dit suivre de près la situation qui prévaut actuellement dans le secteur de l’éducation en République Démocratique du Congo en général et dans la province du Sud-Kivu en particulier.
Cette structure dit avoir constaté que l’éducation en province est délaissée à son triste sort non seulement par des enseignements mais aussi par le gouvernement de la RDC qui traine encore à respecter les accords signés avec les professionnels de la craie, situation qui fragilise de plus en plus l’éducation dans le pays de Félix Antoine Tshisekedi.

Cependant, elle regrette de voir que la question de la paie des enseignants est d’habitude traitée à quelques jours de la rentrée de classe alors que les enseignants ont toujours toute la période de vacances pour mener à bien leurs actions en évitant ainsi de compromettre l’éducation des enfants et sans chambouler le calendrier scolaire.

« Il est sans doute affirmatif que cela fait plus d’une décennie depuis la signature de plusieurs accords y afférents entre l’État congolais et les professionnels de la craie, mais ils traînent dans les armoires sans suite. Les accords de MBUDI, de BIBWA pour ne citer que ceux-là, sont restés lettre morte, et depuis lors, il s’observe malheureusement une série de grèves ou tentatives de grève à chaque rentrée scolaire. Ce qui fragilise l’éducation dans notre pays », déclare la NDSCI.

Par ailleurs, la NDSCI Sud Kivu juge d’inconstitutionnel l’acte du Ministre de l’EPST de désactiver certains enseignants de la liste de paye d’autant plus que la grève est légale et invite les uns et les autres à se mettre autour d’une table pour un dialogue franc en privilégiant l’intérêt des enfants qui sont plus que prêts à reprendre le chemin de l’école.

Signalons que la rentrée scolaire avait été fixée au 4 octobre dernier sur toute l’étendue du territoire national mais boycottée en suite, par les enseignants du secteur public qui réclament jusqu’à ce jour l’amélioration de leurs conditions de travail.

Rodrigue ZAGABE

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.