Sud-Kivu: L’Etat de siège n’est pas une urgence (OBAPG-RDC)

Le mouvement citoyen OBAPG-RDC s’oppose à toute installation de l’état de siège dans la province du Sud-Kivu.

Cette réaction est contenue dans un démenti rendu public, cela après des informations qui circulent dans les réseaux sociaux attestant que cette structure veut voir le gouvernement imposé cette mesure au Sud-Kivu au vu de la recrudescence de l’insécurité dans cette province.

Pour Amka Congo, il serait contradictoire voire ridicule qu’un collectif comme Amka Congo revendique l’Etat de siège après avoir assisté à un échec cuisant dans les deux premières provinces, à savoir; le Nord-Kivu et lIturi qui sont jusque-là concernées par cette mesure depuis le 6 mai dernier.

Ce mouvement précise qu’il n’y a pas d’urgence qui nécessite de décréter l’Etat de siège en invitant le gouvernement à observer de près les problèmes qui gangrènent la population du Sud-Kivu, c’est notamment: la dégradation des infrastructures, le manque du courant, de l’eau, la grève des enseignants sacrifiant ainsi l’éducation de nos enfants, plusieurs taxes sans contrepartie et l’exploitation illégale de nos ressources.

« Le collectif Amka Congo ne peut jamais, pour la simple raison de voir un gouverneur partir ou être remplacé revendiquer l’État d’urgence ou de siège ignorant les restrictions des libertés qui sont d’applications pendant cette période et même les violations graves des droits humains… Les cas sont légion au Nord-Kivu et en Ituri.

Que dire du bilan dans les deux provinces concernées jusque-là, dont Goma et Ituri ??? Nous signalons ici que Rutshuru a été aujourd’hui attaqué au moment où Goma est sous Etat de siège » s’interroge-t-il

Rodrigue ZAGABE

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.