Sud-Kivu : la NDSCI condamne la recrudescence des cas de justice populaire en province

Suite à la persistance des cas de justice populaire rapportés du jour au lendemain dans la province du Sud-Kivu, la nouvelle dynamique de la société civile compare cette situation à une jungle où aucune loi n’existe.

La nouvelle dynamique de la société civile à travers son porte-parole adjoint wilfried habamngu condamne ces actes quelle qualifie de barbarie et rappelle que la vie humaine est sacrée.

D’une part, Cette structure citoyenne dit, qu’il est regrettable de voir que la population s’adonne à des actes barbares, chose qui met en danger l’éducation des enfants qui vivent et voient des tels drames cultivant en eux la cruauté et la brutalité. Elle appelle donc la population à collaborer un peu plus avec les services de sécurité notamment la police nationale et l’ANR en vue de combattre l’insécurité qui règne.

D’autres Part, cette structure demande aux autorités politico-militaires de renforcer l’effectif des éléments de l’ordre et leur assurer le dispositif nécessaire en vue de leur permettre de lutter contre l’insécurité. Car dit-il, il est inconcevable que des malfrats arrêtés se retrouvent peu de temps après libres, circulant paisiblement dans les ruelles de la province, chose qui pousse la population à diminuer voir retirer sa confiance en ceux qui sont censés la protéger.

Rappelons que 8 cas de justice populaire ont été rapportés en l’espace de 5 jours sur l’étendue du Sud Kivu et dont le dernier, est celui du mardi 5avril 2022 à Misisi dans le groupement de basikasilu en territoire de Fizi, province du Sud-Kivu où un présumé voleur a été lynché par des habitants. Il aurait été attrapé après avoir volé un téléphone et un matelas dans l’une des maisons de la contrée.

Wivine ngango

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.