Journée de l’enfant africain : le RJAE plaide pour plus de mobilisation des partenaires et bailleurs pour l’éducation des milliers d’enfants réfugiés burundais à Lusenda

Le Réseau des journalistes amis de l’enfant (RJAE/Sud-Kivu) plaide pour plus de mobilisation des partenaires et bailleurs pour l’éducation des milliers d’enfants réfugiés burundais à Lusenda dans le territoire de Fizi en province du Sud-Kivu.

Cet appel est lancé à l’occasion de la commémoration du 46ème anniversaire du massacre des enfants de Soweto (1976) en Afrique du Sud, marquant la journée de l’enfant africain, le 16 juin de chaque année.

Selon le coordonnateur du RJAE/SK Mr Ernest Muhero qui s’est rendu dans le camp de réfugiés de Lusenda jeudi 16 juin 2022, le constat de la situation des enfants en situation des refugiés sur le plan éducation est amer. !
« Le RJAE a pris l’option de se rendre au camp de Lusenda où un besoin d’accompagnement d’enfants dans le volet éducation se fait sentir. Certes que certains étudient dans des écoles environnantes du camp mais on note aussi des enfants non accompagnés, des enfants séparés de leurs parents, des cas de grossesse précoce, d’où un plaidoyer du RJAE pour plus d’implication des bailleurs pour appuyer les efforts du HCR et de la CNR pour le volet éducation des enfants dans le camp de Lusenda », a-t-il confié.

Lusenda est un camp de réfugiés burundais, situé au Sud-Kivu et qui regorge plus de 27.OOO réfugiés regroupés dans 5 sites : Lulinda,
Lusenda, Katungulu 1, 2 et 3, faisant un total de 50 villages. Sur ce site, ce sont plus les élèves du secondaire qui sont en difficulté de prendre en charge les études.

Ainsi, un projet dénommé « EDUFAM » y est en exécution. Ledit projet prend en charge la scolarité et objets scolaires des 3 dernières classes des humanités générales en faveur des filles réfugiées. Mais un calvaire pour les garçons de ces classes qui doivent payer eux mêmes les frais dans une situation de vulnérabilité des parents, déplore le RJAE.

Par ailleurs, Jeannine Muhiri âgée de 17 ans et élève en 2ème des humanités pédagogiques (HP) elle aussi à l’Institut Sibaka affirme qu’elle et ses collègues filles bénéficient des acquis du projet EDUFAM.

« Je suis dans la joie parfaite de constater que certaines organisations ont compris la pertinence du fait de donner la chance aux enfants d’étudier. Je suis en 2ème HP et ma scolarité y compris les objets classiques sont pris en charge par EDUFAM. Sans cela, je ne sais si je parviendrais à étudier vues, les difficultés financières auxquelles nous faisons face ici. Que Dieu bénisse les animateurs de cette structure et surtout qu’ils pensent également aux garçons qui eux n’en sont pas bénéficiaires », exhorte-t-elle.

Il sied de rappeler que le réseau des journalistes amis (RJAE-RDC) section du Sud-Kivu, est une structure reconnue par l’Etat et qui a comme objectif principal, la promotion et la défense des droits de l’enfant et de la mère.

Pascal Ngaboyeka

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.