Mwenga : la société civile dénonce les tracasseries militaires dans la chefferie de Wamuzimu

Le Cadre de concertation territorial de la société civile de Mwenga, alerte et dénonce les multiples tracasseries militaires orchestrées par des éléments des Forces armées de la RDC dans la chefferie des Wamuzimu.

Le coordonnateur de cette structure citoyenne Hilaire Isombya qui rapporte la nouvelle à Radio Star Bukavu le lundi 23 août 2022, explique que la population du village Kakolokelwa dans le groupement qui porte le même nom sont les plus victimes de cette pratique.

“Déjà 3 personnes ont été arrêtées depuis le 12 août 2022 par ces éléments des FARDC pour motif de flagrant délit d’adultère et querelle dans le village ,ces prisonniers dans leur cachot sont obligés de payer de l’argent pour leur libération, plus de 100 000fc par personne. Le cadre de concertation de la société civile du territoire de Mwenga dénonce ce comportement qui ne relève pas de la mission régalienne des FARDC, laquelle mission est, de sauvegarder l’intégrité territoriale. Que ces derniers laissent la tâche à la PNC et aux autorités coutumières de trancher les problèmes des civils”, a dit, Mr Hilaire Isombya.

Il sied de rappeler que des tracasseries des forces de l’ordre et de sécurité sont couramment rapportées dans plusieurs coins de la province du Sud-Kivu. Pas plus d’un mois, le mouvement d’observatoire d’actions parlementaires et gouvernementales OBAPG-RDC noyau de Kalehe, avait dénoncé le fait que les militaires s’adonner à ces genres de pratiques à Bogamanda et Bushaku dans le groupement de Mbinga Sud. Aucune réaction de l’armée n’a été faite quant à ce, mais déjà lors de sa prise des fonctions comme nouveau commandant de la 33eme Région militaire, le général Yav Avula avait promis de s’impliquer pour punir tout militaire qui irait à l’encontre de sa mission.

Pascal Ngaboyeka

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.