Sud-Kivu/manifestations anti MONUSCO : une journée ville morte observée dans la ville de Baraka

Après une journée ville morte observée à Bukavu le 3 août dernier, une autre a été observée dans la ville de Baraka en territoire de Fizi au Sud-Kivu ce lundi 08 août 2022 pour exiger le départ de la MONUSCO du sol congolais ainsi que la fermeture de toutes ses bases dans ce territoire.

Dans la matinée de ce lundi, plusieurs routes de la ville de Baraka étaient désertes, tous les boutiques, magasins, marchés et autres points de vente ont été fermés renseigne maitre Kitandala Santos président de la société civile du territoire de Fizi.

Pour la société civile de cette partie de la province du Sud Kivu, cette action citoyenne respectée à 90% par la population du territoire de Fizi est un appel à l’autorité nationale pour exprimer sa désapprobation sur la présence prolongée de la Mission Onusienne en RDC, et dénoncer son inefficacité et son incapacité à mettre fin au cycle infernal de l’insécurité due aux groupes armés depuis plus de deux décennies et les violations graves de droits humains perpétrées en RDC.

« Cette journée avait pour objectif de dire que la MONUSCO devrait partir tout simplement parce que cela fait 20 ans qu’elle est là dans notre pays et jusque là on est en insécurité, cette mission ne fait rien alors que c’est une mission robuste des nations unies. Nous avons voulu agir pacifiquement pour éviter d’autres morts voila pourquoi nous avons pansé à une ville morte pour que la communauté internationale et même notre gouvernement sache que nous, on ne veut plus de la MONUSCO » a confié Maitre Kitandala Santos, président de ka société civile du territoire de Fizi à Radio Star Bukavu.

Tout en signalant que plusieurs autres activités seront menées tant que le départ de la MONUSCO ne sera pas effectif, Maitre Kitandala Santos remercie la population de Fizi en général et plus particulièrement celle de la ville de Baraka pour l’esprit patriotique.

Rappelons que depuis deux semaines, des manifestations sont signalées dans plusieurs villes du Nord-Kivu et du Sud-Kivu pour exiger le départ de la MONUSCO. Des morts et des blessés ont été déplorés tant du côté de la population que celui de la force onusienne.

Wivine Ngango

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.