Justice populaire à Bukavu : un présumé voleur brûlé vif au quartier Nkafu

Un présumé voleur a été brûlé vif dans les premières heures de ce mercredi 7 septembre sur avenue Mwangaza, quartier Nkafu, en commune de Kadutu à Bukavu. La victime portait des tatouages sur son corps et faisait partie d’un groupe de 4 personnes ayant opéré dans cette partie de la ville de Bukavu. Après la fuite de ses compagnons, lui a été attrapé, tabassé puis brûlé par la population en colère, non loin de l’Institut Ngabo sur l’avenue Mwangaza.

“La NDSCI Kadutu étant une structure de défense des droits humains, rappelle à toute la population de la commune de Kadutu que la vie humaine est sacrée et nul n’a le droit d’ôter la vie à quelqu’un, par contre la Nouvelle Dynamique de la société civile NDSCI Kadutu interpelle pour la énième fois les autorités locales et policières sur le maintien de la sécurité dans la commune de Kadutu en général, le quartier Nkafu en particulier où nous avons enregistré la mort par fusillade d’hommes armés d’une femme sur av Cibera et la nuit du 05 au 06 septembre 2022, les portes de plusieurs boutiques ont été détruites et plusieurs biens emportés par des bandits sur Avenue Michombero dans le quartier NKAFU”, indique un communiqué de cette structure, signé par le président communal Patrick Munguakonkwa..

La NDSCI s’insurge également contre la léthargie des éléments de la police, la faible implication des autorités locales dans la recherche de la sécurité, les patrouilles chétives et l’inefficacité du système de renseignement, ces facteurs qui favorisent la persistance de la justice populaire dans la ville.

« Nous l’avons supplié de donner les noms de ses amis mais il a refusé », dit-il. Le corps de la victime se trouve encore étalé sur le lieu de son assassinat. Le chef de quartier Nkafu accompagné du chef d’avenue Mwangaza sensibilisent les habitants de contribuer pour que ce corps soit acheminé à la morgue de l’hôpital général.

A noter que le procureur de la République a autorisé que le corps soit acheminé à la morgue. Disons que ce cas de justice populaire inquiète plus d’un. Un acteur de la société civile du milieu indique que la justice populaire est interdite par la loi. Il appelle les habitants à toujours acheminer les personnes soupçonnées de vol auprès des autorités judiciaires afin qu’elles soient jugées.

Pascal Ngaboyeka

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.