Passage du chef de la maison civile de Félix Tshisekedi au Sud-Kivu: la société civile se prononce sur la gouvernance politique

Quelques jours après le passage du chef de la maison civile du président, un mémorandum a été adressé à Félix Antoine Tshisekedi par la société civile du Sud-Kivu en rapport avec la gouvernance politique dans la province ainsi que le développement à la base.

Dans ce mémo signé par une vingtaine d’acteurs de la société civile, il ressort que la province du Sud-Kivu se caractérise par un sous-développement criant du fait d’une mauvaise gouvernance manifeste, des conflits de leadership à la tête de toutes les ETD et qui ont comme conséquence l’ingouvernabilité de ces dernières.

Selon les signataires, ces conflits sont liés aux différentes allégeances politiques ; de ce fait, ils demandent l’organisation des élections locales et municipales pour doter ces ETD des animateurs élus.

« Notre province fait face à une pratique grave qui dépossède l’Etat congolais de son patrimoine (public et privé) et c’est ce qui fait d’elle un Etat pourvoyeur de développement. Les PPP n’ont rien fait en termes de recettes si ce n’est qu’enrichir des privés au détriment de l’Etat et mettre au placard les agents de l’Etat constitués en unité de mobilisation des recettes ; déposséder l’Etat de toutes ses maisons et parcelles dans leurs dimensions héritées du passé », peut-on lire dans ce document.

Ces acteurs, au nom de la population, regrettent en outre que la justice au Sud-Kivu soit devenue aussi un problème épineux que les groupes armés malgré la volonté du chef de l’Etat de faire de la RDC un Etat de droit.

Par ailleurs, ces derniers ont salué l’accompagnement de la maison civile du chef de l’Etat dans sa démarche de l’organisation d’une table ronde pour la paix et le développement du Sud-Kivu. Cependant, ils souhaitent vivement que le processus de l’intégration régionale de ladite province soit nationale, voire provinciale au regard des enjeux de développement qui s’imposent à la province du Sud-Kivu et de l’imminence du processus électoral devant se dérouler dans un climat apaisé.

Justine Ntamwenge

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.