Sud-Kivu: La motion de censure en cours contre le gouverneur et son gouvernement suscite déjà des questionnements

Depuis quelques jours déjà, la situation politique en province du Sud-Kivu prend une nouvelle tournure et les choses s’annoncent à nouveau déplaisantes.
En effet, le vendredi 28 octobre 2022 un groupe de députés provinciaux dans un restaurant de la ville a été victime de la barbarie des personnes se faisant passer pour les agents de la cellule d’investigation du gouvernorat de province.

Dans leur communiqué rendu public, ces élus provinciaux font savoir que cette situation intervient justement parce qu’il y a une nouvelle motion de censure en cours contre le gouverneur de province et tout son gouvernement.

Dans les réseaux sociaux, les avis divergent. Si certains encouragent les députés motionnaires à continuer dans leur lutte. D’autres trouvent que cette action n’a pas de raison d’être car les faits reprochés au gouverneur de province notamment le détournement et l’incompétence ne sont pas avérés.

S’agissant toujours de cette tension, Pierre Nyamuhara, analyste politique indépendant croit que le moment n’est pas aux accrochages inutiles mais plutôt à l’établissement des responsabilités des uns et des autres. Pour lui, si une chose est reprochée au gouvernement, il est de son droit de présenter ses moyens de défense et cela sans énerver ni blesser personne.

« L’idéal serait que le gouverneur de province présente ses moyens de défense et qu’ils soient orthodoxes et convaincants. Nous avons assisté à des actes de vandalisme lors de la dernière motion. Nous avons vu une forte mobilisation de part et d’autre. Des gens qui ont brulé des pneus au niveau du Feu-rouge, et des gens qui ont tabassé des députés. Nous croyons que de telles scènes ne pourront pas se reproduire », pense Pierre Nyamuhara.

Il sied de signaler que Théo Ngwabidje qui vient d’adhérer à l’UDPS est en ce jour visé par une 4ème motion depuis sa prise de pouvoir en juin 2019. La plus récente l’avait destitué et tout son gouvernement. Quelques mois après Theo Ngwabidje avait alors introduit un recours et il avait été réhabilité par la cour constitutionnelle.

Rodrigue ZAGABE

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.