Guerre à L’Est de la RDC : l’archevêque de Bukavu annonce une marche pacifique et appelle à la solidarité envers les déplacés du Nord-Kivu

L’archevêque de Bukavu, Mgr François Xavier Maroy, sort du silence au regard de l’agression que subit la RDC de part certains pays voisins par l’intermédiaire du mouvement du 23 mars.

Dans un communiqué de Presse du 23 novembre, ce prélat catholique appelle les fidèles de l’Archidiocèse de Bukavu et les personnes de bonne volonté à prier pour la RDC et à poser des gestes de solidarité envers les déplacés de guerre pour accompagner le processus de paix.

Dans ce même communiqué, Mgr François-Xavier Maroy Rusengo, annonce qu’une marche pacifique est prévue ce jeudi 01 décembre 2022 dans la ville de Bukavu.

« Nous nous mobilisons pour cette marche au plus tôt le 01 décembre 2022, fête de la Bienheureuse Marie-Clémentine Anuarite Nengapeta. Assassinée en 1964, cette religieuse congolaise des Sœurs de la Sainte-Famille de Kisangani est morte martyre car elle croyait dans des valeurs supérieures. Elle est notre modèle de courage et de témoignage. Son sang a été versé pour la paix dans notre Pays. Qu’elle nous obtienne ce miracle de la Paix », lit-on dans ce communiqué.

Ce communiqué précise que cette marche pacifique sera organisée dans tous les Doyennées de l’Archidiocèse.
Dans la ville, ça sera après la messe du matin, tous les chrétiens catholiques et toutes les personnes de bonne volonté convergeront vers le gouvernorat de Province pour déposer le message à l’autorité provinciale, ensuite une délégation se rendra à la MONUSCO pour la même cause.

« Ceux qui marchent ne sont pas des fous ni des désœuvrés mais des personnes qui aiment leur patrie et qui veulent signifier au monde entier que ce pays, la RD Congo n’est pas à vendre ou un bien abandonné dont on peut s’approprier quand et comme on veut. Nous voulons marquer notre solidarité avec tous nos frères qui souffrent et qui sont privés de leurs biens. Nous voulons témoigner à nos FARDC de notre soutien et de notre prière. Nous sommes un peuple hospitalier, chacun peut vivre chez nous mais dans le respect de nos lois », poursuit le même communiqué.

Pascal Ngaboyeka

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.