Situation politique en Province du Sud-Kivu: vive tension mercredi matin à l’Assemblée provinciale

Une vive tension a été observée tôt le matin de ce mercredi 23 novembre 2022 à l’Assemblée provinciale du Sud-Kivu.

En effet des enfants assimilés à ceux vivant dans la rue ont manifesté pour exprimer leur soutien au gouverneur de province du Sud-Kivu, en ce jour, visé par une motion de censure. Lui et tout son gouvernement.

Cette tension intervient alors que la motion est censée être examinée et votée ce jeudi 24 novembre 2022 à l’Assemblée provinciale.
Cependant, tout laisse croire que ces enfants ont manifesté pour bloquer l’installation du bureau d’âge devant examiner la motion de censure.

Pour exprimer leur mécontentement, ces enfants ont brûlé des pneus à l’entrée principale de l’hémicycle provinciale tenant des calicots sur lequel on pouvait lire : “Nous, habitants du Sud-Kivu, sommes fatigués par les motions de tous les jours contre le gouverneur Théo Ngwabidje et qui empêchent tout élan du développement”.

Aux environs de 9 heures locales, quelques militants de l’UDPS/Tshisekedi, avec des drapeaux de leur parti ont assiégé l’entrée de l’Assemblée provinciale.
D’après ces militants, leur lutte vise à dénoncer la manœuvre de certains députés qui cherchent à déstabiliser le gouvernement provincial.

« L’Assemblée provinciale est là par la volonté du peuple, nous disons non aux députés provinciaux de pouvoir pour la énième fois vouloir déstabiliser notre province alors que l’attention particulière est focalisée sur la paix à l’Est. Si toutes les choses se faisaient dans les normes on allait accepter mais face à tous ces manœuvres dilatoires nous ne pouvons pas accepter. Nous disons non à la corruption, oui au développement de la province», a déclaré Balolebwami Buhendwa, secrétaire fédéral de l’UDPS Tshisekedi, présent dans la manifestation.

La Radio Star a, par la suite appris de ses sources que le bureau d’âge a finalement été installé peu après. Il est composé du député Patrice Bashengezi comme président et sera secondé par l’honorable Batandi et Georges Musognela.

Signalons que la situation politique en province devient de plus en plus tendue depuis lundi 20 novembre dernier, jour du dépôt de la motion. Certains députés avaient quelques heures après décidé d’initier une pétition contre le rapporteur et le vice-président de l’Assemblée. Une réaction considérée comme un moyen de paralyser la procédure déjà en cours pour l’examen et le vote de la dite motion.

Rodrigue ZAGABE

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.