Sud-Kivu : marche du collectif des syndicats des enseignants du grand Kivu et du Katanga contre la violation de la feuille de route des accords de Mbwela.

Les enseignants du grand Kivu et du Katanga ont manifesté ce mardi 8 novembre 2022 pour dénoncer la violation des accords de Mbwela pris entre eux et le gouvernement congolais. Ces professionnels de la craie ont par cette voie exprimé leur ras-le-bol sur ce qu’ils qualifient d’injustice et de discrimination faites à leur égard.

Tôt ce matin, l’on a observé une présence massive des enseignants sur le boulevard Patrice Emery Lumumba à Bukavu chantant des chansons de mécontentement pour exprimer leur désapprobation.

Ces derniers ont pris la direction du ministère de l’enseignement primaire secondaire et technique EPST situé à Labotte, leur point de chute, ou un mémorandum a été déposé dans les mains de Madame la ministre en charge de l’éducation.

Dans ce document adressé au Président de la République et lu par le coordonnateur de cette structure des enseignants, Jaques Cirimwami, plusieurs revendications ont été présentées.

Ils réclament entre autres :
1. le réajustement de la prime de gratuite en y ajoutant 20 000fc à partir du mois de juillet 2022 et cela de manière permanente.
2. le paiement d’un acompte de 39 000fc pour ce mois de novembre 2022 afin de totaliser les 30% du deuxième palier tel que prévu dans la feuille de route.
3. le paiement des enseignants en fonction de leurs grades assorti de la mission de titularisation et transposition des grades.
4. le paiement de 65 000fc des enseignants NU devenus NP restant dans le cadre du recensement des NU réalisé en janvier 2021.
5. la suppression des zones salariales en payant le solde de la prime de bourse aux enseignants des territoires et villes autres que les chefs-lieux des provinces.
6. et la mise en œuvre de caisse de retraite des enseignants de l’EPST (CRE-EPST) pour une retraite honorable des enseignants.

Par ailleurs, ils précisent qu’ils avaient uniquement touché le mois de juillet. Le reste des mois demeure sans suite et cela sous un silence mortel du gouvernement.

Apres réception du mémorandum, madame la ministre en charge de l’éducation au Sud-Kivu, Geneviève Mizumbi, a promis de le transmettre à qui de droit avant de les exhorter à continuer de revendiquer tout en dispensant les cours aux élèves car leur éducation en dépend.

« Vous savez que je vous aime beaucoup. Je viens de recevoir votre mémorandum mais comme vous le savez ces revendications ne vont pas trouver grande cause ici en province, je vous promets que je vais faire de tout mon mieux pour que ce mémorandum puisse arriver à qui de droit. Toutefois je vous supplie de continuer de revendiquer tout en travaillant parce que la solution sera trouvée», a dit madame la ministre de l’EPST.

Ces enseignants demandent au gouvernement de respecter ces accords car ce mémorandum constitue pour eux un préavis d’une grève sèche au cas où le gouvernement à travers les ministères des finances et du budget ne prend pas en compte leurs revendications.

Signalons que prévoyant 3 jours de marche, ce mardi 08 ils étaient au ministère de l’EPST pour la cause ci-haut citée. Le mercredi 09 novembre ils seront à la division des finances et budget et pour terminer, le jeudi 10 novembre 2022 ils se rendront à l’Assemble provinciale du Sud-Kivu.

Frédéric Batumike

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.