La gratuite de l’éducation de base en RDC : la violation des droits de l’enfant dans les écoles primaires conventionnées de la commune de Kadutu dans la ville de Bukavu dénoncée.

La Nouvelle dynamique de la société civile de la commune de Kadutu « Ndsci Chunviya Congo », dénonce la stigmatisation, la frustration et des injures dont sont l’objet les élèves dans certaines écoles primaires conventionnées de cette municipalité, ce qu’elle qualifie de violation des droits de l’enfant.

Dans sa déclaration N°004 du 12 décembre 2022,cette dernière renseigne qu’après différentes enquêtes et plusieurs informations fournies par les parents, les enseignants font asseoir les enfants qui ne sont pas en ordre avec la prime derrière ceux qui sont en ordre. En plus, ils refusent de corriger même les devoirs à domicile de ces derniers.

De ce fait, cette structure citoyenne déclare ce qui suit :
– La gratuité de l’enseignement de base est sabotée par les confessions religieuses au travers les coordinateurs des écoles dont nous demandons à l’état congolais de leur infliger des sanctions drastiques pour les contrarier et revoir les différents contrats, accords et conventions avec les églises dans le domaine éducatif.
– Vu que le gouverneur de province du Sud Kivu, le ministre provincial de l’EPST, directeurs provinciaux ont lamentablement échoué de mettre en application la dite gratuité, la Nouvelle Dynamique de la société civile Ndsci CHUNVI ya CONGO noyau communal de Kadutu lance un appel vibrant à tous les parents soucieux de l’éducation des enfants à une mobilisation collective dans peu de temps pour une marche pacifique et non-violente pour exprimer leur mécontentement de la manière dont ces enfants sont traités.

Tout de même ; la Ndsci Kadutu tient à rappeler au gouvernement congolais que le respect de différents accords et conventions pris avec les enseignants en rapport avec leur payement doit être de strict respect. Et demande une révision du barème salarial “car ce pays nous appartient tous et par conséquent il n’y a pas de grand et petit citoyen congolais”.

Signalons que la ministre provinciale de l’EPST, Geneviève Misumbi ,avait instruit à l’ANR de se renseigner et dénicher toutes les écoles qui continuent de faire payer la prime et à la SECOPE de les désactiver dans le système de payement de l’Etat congolais.

Fréderic Batumike

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.