Meurtre des jeunes à Uvira : Le conseil urbain de la jeunesse hausse le ton.

A la suite des tueries à répétition de jeunes dans la ville d’Uvira et dans la plaine de la Ruzizi, le Conseil Urbain de la jeunesse d’Uvira ne reste pas indifférent et hausse le ton sur la série de tueries de jeunes dans cette partie du Sud-Kivu.

Dans un entretien avec Radio Star, jeudi 29 décembre 2022, le président dudit Conseil Me Chako Changu Ebambe, dit déplorer le fait que des militaires censés protéger et collaborer avec les civils, les prennent comme leurs propres cibles.

Celui-ci rappelle le meurtre d’un jeune vigile dans la ville d’Uvira et le meurtre d’un autre jeune de Kamanyola à Kabunambo au courant de cette semaine dans la plaine de la Ruzizi.

Si le bourreau du jeune vigile est déjà aux arrêts, celui du jeune de la plaine n’est pas jusque là attrapé, d’où l’appel à l’organisation des audiences foraines afin que les présumés bourreaux subissent la rigueur de la loi.

Outre cela, le Conseil Urbain de la Jeunesse d’Uvira demande qu’il soit organisé une rencontre entre les autorités locales, les organisations de jeunes et les forces de défense et de sécurité pour tabler sur la situation sécuritaire qui prévaut dans la ville et sur l’ensemble du territoire.

En fin, le CUJ/Uvira exige la mutation de différentes unités des FARDC, qui ont déjà fait plus de 10 ans dans la même zone, sur l’ensemble du territoire d’Uvira.

Ceci pourrait tant soit peu contribuer à la diminution de cas de meurtre des civils par les services de défense et de sécurité, estime Me Chako.

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.