RDC/Politique: Martin Fayulu, Augustin Matata, Mukwege, un trio salué par le LGD mais un non-événement pour l’UDPS/Tshisekedi

C’était une surprise pour presque tout le monde de voir Martin Fayulu et Augustin Matata, deux personnalités politiques de l’opposition ainsi que le prix Nobel de la paix 2018, Denis Mukwege, réagir lundi 26 décembre 2022, à travers une déclaration commune sur la situation sécuritaire, politique en RDC et sur les élections qui pointent à l’horizon.

Les trois leaders d’opinion qui, visiblement, convolent désormais ensemble ont fustigé la gestion du régime actuel, l’accusant de planifier la fraude lors de prochaines élections prévues en fin décembre 2023.

Invités dans l’émission “mardi société” de Radio Star, le courant ne passe pas entre ce nouveau camp qui s’est créé et les membres et sympathisants de l’UDPS/Tshisekedi, parti au pouvoir.

Pour Elie Mugisho, l’un des communicateurs de l’UDPS/Tshisekedi section d’Ibanda, il sera difficile de faire confiance à ces trois personnalités du pays, sachant, dit-il, qu’elles sont l’émanation de la communauté internationale. Il parle ici d’un non événement.

«Nous avons suivi comme tout le monde comment les impérialistes ont réuni leurs trois envoyés spéciaux. Ils ont réfléchi à de nouvelles stratégies de nous coloniser en nous envoyant nos propres frères. Si on commençait par Matata, on connait son origine, il est le produit de ces gens. Fayulu a des liens forts avec ces mêmes impérialistes qui voulaient à tout prix l’imposer en 2018, après il y a le docteur Dénis Mukwenge, son prix nous a honoré mais il y a lieu de croire qu’il n’est pas écouté par la communauté internationale », croit Elie Mugisho.

Par contre dans le camp du Leadership et Gouvernance pour le Développement, on salue ce trio qui a compris qu’il y’ a un régime en place qui est en train de détruire les vies de congolais(e)s. Pour Etienne Masudi communicateur du LGD au Sud-Kivu, le temps est venu de changer la donne dans le pays de Lumumba.

« Nous sommes contents de voir que l’élite congolaise a enfin compris qu’au sommet de l’Etat, il y a des gens qui n’agissent pas vraiment pour l’intérêt du peuple. Il faut donc une conscience collective pour voir comment on peut changer ce régime en place et je pense qu’aujourd’hui, vous aviez suivi comment ce trio a été salué par plus d’un congolais, y compris la communauté internationale », explique cet acteur politique.

Rappelons aussi que les trois nouveaux compères ont dénoncé le rétrécissement de l’espace démocratique qui se caractérise notamment, par
« l’atteinte à la liberté de la presse, des violations systématiques des libertés d’opinion, d’expression, de réunion et de manifestation, pourtant, garanties par la Constitution, le musellement de la société civile, et des tentatives d’exclure des leaders de l’opposition et de la résistance de la course au sommet de l’Etat».

Rodrigue ZAGABE

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.