Les martyrs de l’indépendance célébrés ce 04 janvier 2023 au Sud-Kivu: Tout comprendre sur le déroulement de cette journée

La République Démocratique du Congo a célébré, le mercredi 04 janvier 2023, les martyrs de son indépendance, qui a été obtenue en 1960 du royaume de Belgique après 52 ans de colonisation.

Les Congolais gardent en mémoire la date du 4 janvier 1959, jour qui avait marqué le début de grandes revendications congolaises, qui déboucheront sur l’indépendance de la RDC le 30 juin 1960 après une répression sanglante.

A Bukavu au Sud-Kivu, les chrétiens catholiques ont célébré cette journée sur appel de sa jeunesse, suivi d’une messe de prière à la cathédrale notre dame de la paix de Bukavu, et une marche pacifique quittant la cathédrale jusqu’au monument de feu à labotte où des gerbes de fleurs ont été déposées tour à tour par les autorités de province, l’archevêque de Bukavu et les anciens combattants, pour rendre hommage aux martyrs qui ont sacrifié leur vie pour l’intérêt du pays.

Dans son message, Monseigneur François Xavier Maroy a appelé les jeunes à la détermination pour le développement de notre pays, la RDC.
Par ailleurs, certains anciens combattants de la province du Sud-Kivu, ont dit être heureux de voir arriver ce jour.Ils se sont cependant plaints de l’attitude du gouvernement à leur égard avec une pension d’environ 9000 FC qu’on leur alloué chaque fin du mois.

Au cours de cette activité, la collection de vivres et non vivres était aussi au rendez-vous et cela pour aider la population victime des atrocités des guerres et de l’agression que subit la RDC de la part de son voisin le Rwanda sous couvert du M23.

Rappelons que le 4 janvier 1959, Kinshasa, appelé alors Léopoldville avait connu des émeutes qui avaient éclaté après que les autorités coloniales ont interdit aux membres du parti politique ABAKO (Alliance des Bakongo) de manifester. Cette révolte populaire avait duré trois jours, la répression était très violente. Le bilan officiel jusquà ce jour reste de quarante-neuf morts. Mais dautres sources, notamment celles de lAbako parlent des centaines de morts.

Sarah Ndebo

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.