Massacres de Makobola: des habitants de Fizi et Itombwe réunies au sein de l’association Mwalo demandent un tribunal international pour juger les auteurs.

Les précités l’ont fait savoir lors des cérémonies de commémoration de ces massacres du 29 au 30 décembre 2022 à Bangwe, Makobola, dans le territoire de Fizi.
Le professeur Obedi Nyamangyoku Ishibwela, facilitateur principal de cette association, a rappelé que plus de 1400 personnes ont été massacrées par la rébellion du RCD-Goma en 1998 du 29 au 30 décembre à Makobola. Il fustige le silence de l’ONU.

« Cette rébellion a tué nos parents, frères et sœurs, nos enfants. Leur sang demande justice et nous, nous disons plus jamais ça », a-t-il dit.
Le professeur indique que ça fait mal de voir la personne qui a tué ton frère circuler librement et occuper un poste de responsabilité dans le gouvernement ou dans l’armée. Des témoignages glaçants ont été donnés par des rescapés de ces massacres. Le chef de secteur Tanganyika, Mlondani Mwimi’wa John a appelé l’ONU à l’impartialité. Pour lui, les massacres de Makobola et ses environs nécessitent que justice soit faite.

Il faut signaler que les délégués de récents massacres de Kishishe-Bambu, de Beni et ailleurs ont été présents à Makobola pour commémorer avec les victimes. A noter que l’enquête de l’ONU avait conclu que 702 personnes avaient été massacrées à cette période à Makobola.

Abonnez-vous pour ne plus jamais rater nos prochaines publications.

Les commentaires sont fermés.